Anthologie de poésie n°3 – Marie Etienne et Gérard Noiret 6/8 – Anne Talvaz

Anne Talvaz est née à Bruxelles, mais elle vit en région parisienne où elle exerce le métier de traductrice commerciale. Elle pratique plusieurs langues, voyage beaucoup, et a vécu à l’étranger : Chine et Brésil.

Elle traduit en français des poètes anglais, américains, australiens, irlandais, espagnols, et latino-américains. Elle traduit aussi en anglais des poètes français. Son premier recueil, Le rouge-gorge américain, paru à La main courante en 1997, donnait à lire une poésie raffinée et sensible. Il a été suivi par 4 autres, dont le dernier, Confessions d’une Joconde suivi de Pourquoi le Minotaure est triste est paru à L’Act’Mem en 2010. Elle fait partie de ces poètes qui écrivent aussi de la prose : Un départ annoncé, trois années en Chine (L’Act’Mem, 2010). Et Ce que nous sommes, postface de Pierre Gamarra (L’Act’Mem, 2009), un récit surprenant qui suscite les questions et distille l’inquiétude. Très moderne aussi, en ce qu’il rend familière, proche de nous, une figure du nazisme. Où est le mal sinon en chacun de nous ?

Marie Etienne

 /

VIEILLE FEMME, HONG KONG, NOËL 2007

 /

Une vieille Chinoise bossue

traîne une charrette à bras

sur le bord de mer

le cheveu rare

le chignon qui n’existe plus

que par simple habitude

ses haillons gris ou plutôt bleus ; Lire la suite

Publicités