Anthologie de poésie n°3 – Marie Etienne et Gérard Noiret 4/8 – Stéphane Bouquet

Stéphane Bouquet

Stéphane Bouquet est poète (Dans l’année de cet âge, Un Monde existe, Le Mot frère, Un peuple, Nos Amériques chez Champ Vallon), traducteur (Robert Creeley, Paul Blackburn), critique (France-Culture, Libération, Le Monde, Les Cahiers du cinéma), scénariste, acteur et même danseur…

Un artiste, donc, aux talents multiples, qui n’a pas fini de nous surprendre, de nous émouvoir et de nous provoquer, tant sa liberté, sa faculté de se jouer des codes et des conventions, son inventivité étonnent. Cédons à la tentation de le voir comme il voit Walt Whitman, dans Nos Amériques, c’est-à-dire « regardant défiler devant lui tout, absolument tout » et étreignant le monde « tant il est bon que cela dure ».

Marie Etienne

LES AMOURS

I

Son regard et qui suffisait de peut-être 3

saluts / seconde

seulement… sa tête sous capuche bleue

qu’il retire

parce que la pluie s’arrête… voilà il y a

la confirmation du calendrier prochain et

quelqu’un tient le plan illusoire de la conversation on va se dire

ça et ça…

les rues seront sans désordre

si je suis toujours posé tout près

des zones de sa surveillance…

mais il n’est pas facile

d’imaginer que la table et la lampe et le soir

ont le son essoufflé de sa respiration quand il me découvre et nettoie

II

Dans le métro je lève la tête du livre et

oh… il tient des fleurs pas pour moi

et une boîte à gâteaux

pas pour moi… une fois de plus où un visage est un dangereux

débarquement d’espérance

par ex. nous ne sommes pas déserts de demains… la preuve tu es

là… débutant à la lisière

des actes humains et ta peur de revenir

sans sourires… ça va aller… sinon je pourrais

à la place t’entourer d’affection … inventer

des canapés de lumières

les installer bien soigneux dans le fond

d’accueil de mes chambres intérieures où je prie allongé contre

la tendresse du dasein ou tout autre impression de tiédeur

III

Je croise Tigrane qui est vaguement un ex

tu as un cil sur la… enlève-le… alors caresse…

… il est avec son frère

et sa grand-mère est… paix à son âme…

il fait le mouvement d’ailes qui s’envolent et il y a

dans la rue et l’instant le merle léger de la mort… le soir

j’embrasse en consolation quelqu’un que je désire

à peine… son visage ressemble à un chantier

creusé d’acné… j’ai

éteint la lumière pour croire

que c’est un animal

fidèle qui me lécherait dans le présent accompli

… ok ok d’accord je me laisse persuader il a 20 ans…

vient d’Alaska un autre pays de plus où ajouter l’étreinte

IV

Chaque fois que j’embrasse le dealer…

du coup on est quand même souvent interrompus

bipé urgence argent il doit partir il revient

… et chaque fois que je l’attends je pense aux

foules inouïes de gens qui se droguent…

heureusement Abdi r’accourt toujours

presto vu la chimie de limaille

de nos peaux comme

si on était des séries de + / – concordants et nous

recommençons oh auj. ça serait immanence

sans condition du globe terrestre… moi qui avive son cou

… lui qui montre la capote

façon polie d’obtenir le droit de pénétrer

la liesse gémissante du lierre et du vent intérieurs

V

Tee-shirt rouge et voix

voilée… on fait du yoga ensemble… beaucoup moins fort

que moi mais supérieurement plus beau…

à la fin dans shavasana  quand on est censés devenir

une des vibrations quelconques de l’air et la cloche rituelle

nous dépose

presque derrière l’absence je peux seulement

penser avec mon animal de vivre oh la

la il y a cette longue mince envie

allongée à 2 m si je me

roulais sur lui est-ce vraiment désormais la seule

espérance d’atténuer

à cause de la douceur dans tes os

la vitesse de mourir contre quoi je récite follement un autre rose ce matin mignon

Extrait d’un livre à paraître

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :