Anthologie de Poésie – Marie Étienne, Gérard Noiret (6/8) : Sylvie Kandé

Avec cet ouvrage, l’auteur d’origine franco-sénégalaise Sylvie Kandé, évoque en trois chants et sur le mode épique, les traversées à la fois réelles et mythiques accomplies par l’homme africain, de la traversée de l’Atlantique qu’aurait réalisée l’empereur du Mali, Aboubakar II au début du XIVe siècle, aux tentatives des migrants d’aujourd’hui pour rejoindre le continent européen.

Georges Guillain

Ils auraient pu ramer jusqu’à demain

plongeant dans la houppée leurs longues pales en bois

et pelletant par tas et monceaux cette eau verte

qui obstinément revenait les sabouler

Leurs pognes crevassées font jaillir des joyaux :

gouttes de jade perles d’opale et d’un diamant le feu parfois

Pleurant de soif chacun fixe au loin un clapot

et songe à part soi : pour l’amour de nos aïeux

tâchons de faire force et de l’atteindre au moins

Mais au fur et à mesure qu’ils avancent

la vague change de ton de forme et de sens :

tantôt elle effleure l’étambot du bateau de tête

carole follement cloque puis éclate sous leurs yeux

tantôt elle fuit comme une bête sauvage

afin d’échever leurs savantes approches

Ah beaux amis qui m’écoutez qui dit

j’en fais mon affaire se corde pour l’esclavage

Sans plus de bravade ils éliront nos taiseux

une autre vague un autre remous

pour dire jalonner

cette vallée sans écho

cette fluide folie

cette immense absence de paysage

T

Quant aux piroguiers d’aujourd’hui

(le vrai est parfois détestable)

ils ne font que chicaner le flot

Godillant au gré de leurs foucades

ils chantent beaucoup pêchent un peu

Survient-il la moindre embardée…

le temps vire-t-il au gros…

À la sauvette nos caboteurs font demi-tour

imputant ce mauvais sort à leurs proches

et remettant déjà leur âme à Dieu

Puis ils lèvent haut les rames

échouent la barcasse toute vibrante sur le sable

et l’y abandonnent jusqu’à l’embellie

Sans mentir il n’y a plus de nos jours

de piroguiers qui connaissent bourlinguer

 

La Quête infinie de l’autre rive, extrait du chant II,

Gallimard, collection « Continents noirs », 2011

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :