Anthologie de Poésie – Marie Étienne, Gérard Noiret (3/8) : Fabienne Courtade

Fabienne Courtade, en dépit d’une bonne dizaine de livres, donne le sentiment d’être un écrivain rare et secret. C’est pourquoi nous nous réjouissons de la publication, annoncée par Flammarion, de son prochain livre, où l’attention portée au monde sera d’autant plus aigue que la vie intérieure sera bouleversante et bouleversée.

Marie EtienneI

i

i

i

i

Chaque année quelqu’un annonce

l’arrivée des hirondelles

 

 

bien sûr on n’y croit pas

on se range

avec les insectes

 

on continue

avec eux

parti en larmes

flaque de sang sur la chaussée

pour descendre les marches

la mort sur l’étroit rebord

heurté  parti

coule dans « l’air première lumière »

avant

suite d’enfants

criait déjà

éblouissant :

« nous sommes des gens tout à fait nus »

***

la nage peut se mesurer à la longueur du corps

mais

je nage sans voir

le ciel

empli

écrivant sur des papiers qui auraient pu être teintés de bleu

de grandes éclaircies

( ouvrent sur les jours

ouvrent sur les rues

à nouveau    le corps nage

sans voir

d’un revers de main

devant

le poids

me donne

corps

les

poussières

sur le côté

j’ajoute

pas un bruit

ne vient

pas même sa main

Deux extraits de Dehors (titre provisoire), à paraître.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :